Anciens crimes dans la ville des Este

Anciens crimes dans la ville des Este

Le visiteur de Ferrare, fasciné par la beauté de la ville et par son atmosphère élégante et tranquille, ignore les crimes ignobles perpétrés derrière les façades des maisons   ou dans le centre ville, quelquefois de vrais homicides d’état. C’est le cas de la décapitation d′Ugo et de Parisina ainsi que du meurtre d′Ercole Contrari, dans le Château, sur ordre de la famille d′Este. Parfois même, ce fut le peuple qui, poussé par la faim, alla jusqu′à tuer deux gabeleurs très méprisés. Le même esprit de vengeance, de haine et de peur inspira le meurtre du Raguseo (Usurier) non loin de l′Église de San Domenico, décrit dans l′œuvre de Bacchelli Le Moulin du Pô. En revanche, ce fut la jalousie qui causa l′homicide du fameux chanteur baroque Giovanni Francesco Grossi, dit Siface, rappelé sur une dalle dans l′Église de San Paolo. D′autres homicides plus ou moins illustres sont liés à la personne de Lucrezia Borgia, tel le meurtre du poète Ercole Strozzi sûrement dû à leur amitié, rappelé sur une dalle dans la Rue Romei.