La ville « furieuse » de l′Ariosto

La ville « furieuse » de l′Ariosto

L′itinéraire commence par la visite du Château des Este, jadis forteresse, qui remonte à la fin du 14ème siècle et successivement devenue la demeure de la famille d′Este. estensi_afe Dès son adolescence, Ludovico Ariosto était un habitué de la cour. Célébrations courtoises, réunions politiques et rencontres culturelles ont formé le poète. Poursuite vers d′autres lieux associés au pouvoir des Este: le Palais des Marquis, siège de la première troupe italienne permanente de théâtre dont Ludovico Ariosto en fut le directeur artistique, le Palais de Justice et la Cathédrale de style roman et gothique. Le long du côté nord de la Cathédrale, il y a le bistrot « Al Brindisi », entré dans la liste des records Guinness comme étant le plus ancien bistrot du monde. Jadis appelé l′ « osteria del Chiucchiolino » où l′Ariosto avait situé sa comédie « La Lena ». À travers les ruelles pittoresques et silencieuses du Ghetto Juif, on arrive au Palais Paradiso qui abrite la tombe de l′Ariosto, ainsi que sa maison paternelle. Après la pause-déjeuner, on continue avec l′itinéraire vert. On parcourt en vélo une partie du Parc Urbain et des Remparts jusqu′à la Maison de l′Ariosto, la parva domus où le poète y vécut pendant les dernières années de sa vie, s′adonnant à ses études tant aimées. Puis, le long de la Via degli Angeli (Rue des Anges), arrêt devant le Palais de Giulio d′Este rappelant la période où l′Ariosto était le sécrétaire du Cardinal Ippolito Ier d′Este, et fin de la visite sur la Place Ariostea, vaste poumon vert dédié au poète.